Des idées de grandeur : la petite histoire du Parc

Des idées de grandeur : la petite histoire du Parc

Publié le 15 août 2014 par poissonblanc Partagez: Facebook Twitter Google+

Construire un Parc régional, ça demande beaucoup d’huile de bras, des bons partenaires, un sens de l’humour et surtout, des idées de grandeur. La petite histoire du Parc en bref :

 

2002 : Les cerveaux mijotent : on s’interroge sur le développement à Notre-Dame-du-Laus. L’idée d’un parc régional fait son chemin en tant que levier durable et rassembleur pour l’économie locale. La montagne du Diable* de Notre-Dame-du-Laus apparaît comme un territoire au grand potentiel récréotouristique.

2005 : La Corporation du Parc du Poisson Blanc est fondée. Les îles du réservoir Poisson Blanc sont intégrées au projet de parc régional. Ces îles déjà très populaires auprès des campeurs méritent un bon nettoyage et un meilleur encadrement pour dévoiler leur plein potentiel.

2006 : Trois techniciens sont embauchés pour sillonner le réservoir sur un ponton de travail qu’on baptise Amélia en l’honneur de la baie du même nom. Deux tonnes de déchets** sont retirées des îles et 22 latrines sont installées sur des sites de camping remis aux normes. L’année suivante, 3 km de sentiers pédestres, un belvédère et la halte Rapide-du-Fort sont aménagés à la montagne du Diable.

2008 : Après de longues démarches administratives, le Parc régional du Poisson Blanc peut officiellement voir le jour. Suite à une première année d’essai, un système de réservation des sites de camping est mis en place. Un stationnement et une mise à l’eau sont aménagés au chemin de la Truite et on y débute la location de canots et de kayaks.

2011 : Construction d’un bâtiment écologique pour le parc! Le Bastion abrite le pavillon d’accueil pour les visiteurs, les bureaux d’administration et sert d’hébergement saisonnier pour certains employés. Inaugurée officiellement en juin 2012, la bâtisse est certifiée LEED Or, une distinction dans le domaine de la construction écologique. La même année, le Parc rafle les honneurs : lauréat régional 2012 dans la catégorie Site et destination de plein air, de loisir et de sport et Coup de cœur du public aux Grand Prix du Tourisme en plus du prix Excellence-Innovation aux Grands prix de la Ruralité.

 *À ne pas confondre avec la montagne du Diable de Ferme-Neuve! Cette dernière a été rebaptisée Mont Sir-Wilfrid en 1932, mais elle est toujours connu sous le nom montagne du Diable…  un personnage qui semble avoir marqué des pionniers de la région!

** Parmi les déchets récoltés : un tremplin, une laveuse, un congélateur, 3 livres de clous…




1 - Les employés du ponton Amélia aménagent un site de feu sécuritaire | 2 - Quelques exemples des déchets retirés des îles... ouach! | 3 - Un site de camping au goût du jour : le bonheur!

Laisser un commentaire